Affichage de 37 Résultat(s)

L’Etrillet : un concentré de projets sur un éco-domaine

Du sentier nature au FabLab en passant par la galerie d’art et les chantiers participatifs, il est difficile de catégoriser l’Etrillet. Au final, nous finissons par dire qu’il s’agit d’un lieu à découvrir pour, si l’envie vient, s’investir et rassembler les énergies pour créer… un monde meilleur ! Emmanuelle, Didier …

Une zone libérée : La Petite Ferme, un refuge pour animaux de basse-cour

“Qui que tu sois, si tu as des ennuis, entre, ici on t’aidera”. Il n’existe pas plus belle phrase affichée à l’entrée d’un lieu pour nous donner l’envie d’y pénétrer ! C’est ainsi que nous avons découvert “La Petite Ferme”, un refuge d’animaux de basse-cour, qui est avant tout la partie visible de la passion de Sophie et de sa sœur pour les bêtes.

Des animaux, il y en a partout ! Des ânes, des poules, des oies, des lapins, des moutons, des cochons… Il y a 13 ans, les deux sœurs n’avaient que quelques animaux, mais au fil des ans, leur “cheptel” n’a cessé de croître. De nombreuses personnes leur ont confié leurs animaux car elles ne pouvaient plus s’en occuper… et c’est ainsi qu’est née “La Petite Ferme” !

L’association récupère les animaux mais pas seulement. Tous les enclos, parcs et autres constructions sont fabriqués à partir de matériaux de récupération (la déchèterie communale est à deux pas). Ainsi, les oies se réfugient dans une maison “Playschool” et vaquent à leurs occupations au milieu du bric-à-brac qui rend le lieu très vivant.

Les seules recettes du lieu proviennent de la buvette, de la vente d’œufs et d’une boîte à dons.

Le plus important dans cette histoire, c’est que l’on voit, ressent, comprend tout de suite en passant devant “La Petite Ferme” que l’on est dans une zone libérée. La phrase magique à l’entrée nous le confirme.

Le lieu existe par passion, l’argent n’y est qu’un outil qui lui permet de l’exprimer. Tout le monde y est le bienvenu.

Juan Anton a été le premier à nous parler des zones libérées. Sa forêt en est une, ainsi que la Brouette de Kerivoal, la maison sans porte de Thierry et Nathalie dans le Finistère, l’Etrillet à côté de Rennes, et de nombreux autres lieux que nous avons croisés sur notre route… sans oublier le camion bleu !

Espérons que ces zones se développent, s’affichent et n’hésitez pas vous aussi à proclamer votre lieu de vie “zone libérée” !

Adresse : Quartier Notre Dame, Route du Muy, Bagnols-en-Forêt (Var)

 

Forêt comestible, auto-construction de maison bioclimatique, autonomie énergétique et laine angora.

La Ferme du Sourrou d’Irène et Fabrice regroupe en un seul et même lieu tout ce que l’on aime, toutes les belles idées que l’on a trouvées sur la route.

La maison de pierres, bioclimatique, a été auto-construite au fur et à mesure de ces 15 dernières années. Quand on la voit pour la première fois, on n’imagine pas une seule seconde qu’il s’agit d’une maison neuve. Une grande partie des matériaux de construction de la maison ont été récupérés sur place : bois, pierres, etc.

Deux éoliennes et des panneaux solaires produisent toute l’électricité (ils ne sont pas reliés à EDF). La consommation est minimale mais suffisante.

Sur 1 hectare autour de la maison, une forêt comestible et des parterres en permaculture : une diversité impressionnante, un lieu magnifique pour ne pas dire magique…

La production de viande est assurée par des animaux en liberté dans toute la propriété : plus d’une vingtaine de poules, des dindes, des canards, auxquels s’ajoute un troupeau de mouton. Le tout est agrémenté par la chasse d’animaux sauvages dans leur forêt.

Irène et Fabrice possèdent également quelques chèvres angora. Cette douce laine chaude permet la fabrication d’écharpes et de chaussettes qui sont vendues pour apporter le minimum de revenus nécessaires pour payer impôts et taxes.

Nous avons été émerveillés par la beauté et le bien-être qui se dégagent de ce lieu. Un grand merci à Nicolas et Anthony qui nous ont conseillé d’y passer. Ils ont rédigé un article plus complet sur ce lieu, la Ferme du Sourrou, sur leur site internet, article repris depuis par Reporterre. À consulter pour en savoir plus !

http://4emesinge.com/un-autre-monde-est-possible-episode-1-la-ferme-de-sourrou/

Nous vous conseillons de consulter également les autres articles de leur site internet, le 4ème singe. Il y a quantité d’interviews intéressantes et de résumés de documentaires à découvrir…

Quelques images :

De “mini-banques” autogérées… et bien plus encore, les Communautés Auto-Financées (CAF) !

Imaginez que votre machine à laver tombe en panne. Vous n’avez plus d’argent sur votre compte en banque, et n’avez pas envie de demander de l’argent à vos proches. Que faites-vous ? Vous allez au lavomatique en attendant d’économiser les quelques centaines d’euros nécessaires à la réparation ou à l’achat …

La maison écologique “écodôme” de Raquel

Nous avons découvert la maison de Raquel située entre Valence et Barcelone, dans les collines de la commune d’Arañuel. Il s’agit d’une maison écologique baptisée “écodôme” ou encore “super Adobe” inventée par l’architecte Nader Khalili.

Ces maisons, résistantes aux incendies, aux tremblements de terre et ne coûtant presque rien, sont construites avec des sacs de terre fermés puis empilés et fixés avec des fils barbelés. Le concept repose dans la forme arrondie, dans l’arc. Une fois montée, la maison est brûlée de l’intérieur et une coquille de terre cuite vient sceller l’édifice.

Raquel est thérapeute. Elle souhaite organiser des rencontres et des évènements, ici, autour de la nature. Elle a rénové une autre maison pour accueillir des groupes.

Le Cal-Earth Institute, créé par Nader Khalili, organise des stages d’auto-construction de ces maisons bio-climatiques. Deux sessions sont prévues cette année en Espagne. Pour plus d’informations : http://calearth.org/

En images

Une auberge à participation libre pour tous les voyageurs… ça existe !

Tous les voyageurs au long cours ont rêvé un jour de pouvoir passer une nuit comme à la maison, sans aucune pression et sans avoir à dépenser d’argent. L’association AMA le propose avec son projet Ruedamondos. AMA (Association pour l’environnement et contre le changement climatique), c’est avant tout une association …

D’une communauté auto-gérée à la plus grande production de pain bio d’Espagne

Villares est un petit village pittoresque de la province d’Albacete (sud-est de l’Espagne). Aucun commerce excepté une boulangerie… une très grande boulangerie ! Située à l’extrémité du village, il s’agit en réalité d’une petite entreprise artisanale. Vingt-cinq salariés produisent environ 5000 pains par semaine ainsi que des galettes et des …

Désobéissance civile contre gouvernement de plus en plus autoritaire !

“Ensemble sans peur”, c’est le nom de cette manifestation désobéissante qui a eu lieu le 19 février à Valence. Depuis notre arrivée en Espagne, nous avons pu observer une présence policière quasi-constante dans les rues des villes. Que ce soit des patrouilles à pied, en moto, à vélo ou des …

Un squat rural qui (nous) fait rêver ! Mais pas d’épisode…

Pendant une trentaine de kilomètres de virages dans la forêt, nous montons et descendons des collines de terre rouge. Juste après le panneau indiquant le kilomètre 31, nous apercevons une grande maison en pierre. Deux camions aménagés installés sur le parking nous confirment notre sentiment, nous sommes bien arrivés à Can …

Public, gratuit et résolument tourné vers les biens communs, le dernier FabLab de Barcelone !

Les FabLabs à Barcelone… c’est devenu l’une des vitrines de la ville. Le projet de la municipalité : un Fablab par quartier d’ici 2020, sous le slogan : “Barcelona la FabCity”. Nous avons visité un nouveau lieu qui ouvrira ses portes au public dans moins d’un mois, “Ateneu de Fabricacio” de Les Corts, un …

Valldaura, un laboratoire autonome perché sur une colline !

La IAAC, une école d’architecture de Barcelone, lance un projet ambitieux et bien dans l’air du temps. Elle a acquis un vaste terrain, 160 ha nous a-t-on dit, sur les collines surplombants la capitale Catalane (localisation sur google map).

Son projet est d’y réaliser un laboratoire technologique autosuffisant. Elle compte y mélanger les activités, tels que permaculture, maraichage bio, fablab, travail du bois, du métal, de l’énergie,… et de les rendre interdépendantes entre elles.

D’ici un à deux ans, une classe de master y sera présente. Les élèves tenteront de vivre en autonomie en cherchant à perfectionner le lieu afin de le rendre le plus autosuffisant possible ! Pour cela, les compétences y seront mélangées. Des élèves avec des backgrounds très variés travailleront ensemble : agronomes, électroniciens, informaticiens, spécialistes en énergie, etc. Ils auront à leur disposition du matériel de pointe, dont une bonne partie en provenance du Fablab BCN.

Ce beau projet est en train de prendre forme petit à petit. Un plan sur 10 ans a été mis en place. Pour le moment, des groupes de volontaires se réunissent tous les dimanches pour mettre en forme ce vaste terrain. Ce dimanche, nous y étions ! Nous nous sommes joints à ce chantier participatif qui avait pour but de préparer la « forêt » de permaculture.

Une quinzaine de personnes étaient présentes réparties sur trois chantiers différents. Un groupe s’est attelé à construire une barrière naturelle autour des futures plantations (pour repousser les sangliers très nombreux dans le secteur). Un autre a « terrassé » le terrain très en pente pour permettre notamment une meilleure irrigation des eaux de pluie. Et le dernier a fabriqué une butte de culture, appelé « Hugelkultur ». Puis, vers 16h, nous nous sommes retrouvés tous ensemble autour d’un barbecue sur l’immense terrasse de la bâtisse qui surplombe la vallée.

L’endroit est idyllique et le projet vraiment prometteur ! Tous les ingrédients sont présents pour faire émerger des avancées techniques en vue de tendre vers l’autosuffisance. En espérant que des ponts seront construits avec d’autres projets – qui n’ont pas les mêmes moyens mais ont le même objectif. Nous pensons notamment à Can Masdeu, qui se situe à seulement quelques kilomètres ! Valldaura, un projet à suivre…

Site de Valldaura : www.valldaura.net

Article précédent : le FabLab BCN : l’un des plus vieux FabLab en Europe

 

 

Une laverie conviviale pour rencontrer, créer, travailler et aussi… laver son linge

Clermont-Ferrand, le 27 novembre 2013, 17h00. Totalement par hasard, nous passons devant un lieu qui nous interpelle. En levant les yeux vers la pancarte, il s’agit d’une laverie. En revanche, en regardant à travers la vitrine, on aperçoit aucune machine mais des personnes qui tricotent, d’autres qui font de la …