Le camion bleu, sa cabane et son mini-jardin nomade. Notre emblème, notre fidèle compagnon, qui nous accompagne partout depuis des années. Pendant plus de trois ans, nous y avons vécu à deux. Il nous a permis d’apprendre la mécanique progressivement, il nous a convertis à la vie nomade, il a contribué à notre évolution personnelle.

Le camion bleu, notre fourgon aménagé, qui nous accompagne depuis plus de 6 ans, au milieu d'un paysage d'Espagne

Il y a trois ans, il s’est agrandi. Une annexe a commencé à l’accompagner. La caravane jaune : bureau mobile / chambre d’amis / mini-cinéma pour projeter des films partout. Nous avons pris goût à un peu plus d’espace. Le camion a un peu souffert pour la trimbaler partout. Son petit moteur n’est vraiment pas fait pour cela. Mais il a vaillamment rempli son office, et ce n’est pas lui qui a rendu l’âme : c’est l’essieu de la caravane. En plein hiver, il y a dix-huit mois, il a commencé à plier sous le poids de son chargement.

Le fourgon bleu aménagé, avec la caravane jaune mini-cinéma nomade.

D’Espagne, nous sommes revenus sur notre pied-à-terre limougeaud pour lui offrir une nouvelle barre de soutien. En attendant de trouver tous les éléments nécessaires, nous avons poursuivi la route avec notre fidèle destrier bleu. La boîte de vitesse a commencé à donner quelques signes de faiblesse. A-t-elle souffert de tracter une lourde charge sur des dizaines de milliers de kilomètres ? Quoi qu’il en soit, nous avons choisi de ne pas lui faire subir cette épreuve de manière continue. La caravane accompagnera encore le camion bleu sur des escales, des possibles projections, mais nous éviterons de la garder avec nous sur nos routes quotidiennes.

Réparation d'essieu de la caravane qui s'est plié
Changement de l’essieu de la caravane

L’évolution était nécessaire. Pour nos acolytes, mais aussi pour nous-même. Sur les routes, nous rêvions parfois de séparer camion et caravane pour que chacun, un membre de l’équipage dans chaque véhicule, puisse poursuivre la route, seul, pour se retrouver quelques pas plus loin, reposé par une solitude parfois nécessaire pour se prendre soin de soi.

C’est ainsi que l’idée d’un autre camion est arrivée. Un autre fidèle destrier, plus grand que le petit camion bleu, qui puisse accueillir l’intégralité de l’équipe confortablement. Comme à son habitude, la vie nous a apporté la réponse sur un plateau. Nous ne cherchions pas ce type de véhicule, mais il était à côté, attendant sagement que nous le regardions. Nous sommes tombés sous le charme de celui que nous appelons aujourd’hui Popeye. Pourquoi Popeye ? Car il est costaud, bien carré, et sa ligne bleue azur fait penser à la mer. Bien qu’à peine plus grand que le camion bleu (10 cm de plus en longueur et en largeur), cette différence change bien des choses. L’aménagement permet de gagner beaucoup d’espace, ce nécessaire espace de vie pour les longues soirées d’hiver.

Popeye, le camion, au milieu d'un beau paysage

Popeye a très peu roulé depuis l’an 2000. Il a 35 ans, 141 000 km au compteur, il a dormi à l’abri d’un hangar en attendant les vacances d’un couple qui y a vécu des moments heureux. Sa dormance l’a fait souffrir car un véhicule aime être utilisé régulièrement. Nous savions que les pannes seraient nombreuses au début car les éléments en caoutchouc, reprenant du service, allaient se fissurer les uns après les autres. Mais grâce à l’expérience acquise au cours des dernières années, ces petits désagréments ne nous faisaient pas peur. Nous avons donc appris à connaître Popeye, les mains dans le cambouis quasiment toutes les deux semaines pendant les quatre premiers mois : maître-cylindre, durites, valves, alternateur, etc.

Ce vieux C35 est fait de matériaux solides, rustiques, accessibles. La difficulté principale réside dans la rareté des pièces, même dans les casses. Il a fallu passer des dizaines et des dizaines de coups de fil pour trouver certains éléments. Mais nous avons aussi découvert les communautés de passionnés qui n’hésitent pas à partager leurs expériences et leurs conseils pour garder sur la route ces ancêtres de tôle.

Popeye, le fourgon aménagé, près d'une tour dans la campagne

L’hiver en Espagne nous a permis de nous l’approprier. Sa caisse arrière est devenu notre indispensable boîte à outils. Comme un retour aux sources, c’est chez Juan Anton (épisode 5), celui qui nous a donné l’idée du potager sur le camion bleu, que nous avons fabriqué la serre-potager de Popeye. Deux camions, deux boîtes à outils, deux jardins. Ce n’est pas juste un jeu, c’est une partie de nous-même.

Retour en France au printemps. Les deux camions poursuivent leur route séparément, ils se retrouvent, leur équipage va de l’un à l’autre, embarque parfois la caravane pour une projection. La route se poursuit à plusieurs, au gré des humeurs et des envies.

Bienvenue à toi, Popeye, nouveau membre à part entière de l’équipe SideWays.

Le camion bleu et Popeye, l'autre fourgon aménagé, près d'un lac dans la nature.
Le camion bleu et Popeye, au bord d’un lac.

Retrouvez aussi nos autres articles sur la vie en camion aménagé

– Métamorphose d’une caravane (lire l’article)
– Les réactions des forces de l’ordre face au camion bleu, sa cabane et son potager (
lire l’article)
– Pour ceux qui veulent, un jour, vivre en camion, van ou fourgon aménagé (
lire l’article)
– Le coût de la vie en camion aménagé ? Retour chiffré de 4 années sur les routes (lire l’article)
Et d’autres article encore dans la rubrique “la vie en camion” !

8 thoughts on “Le convoi SideWays évolue, avec un nouveau fourgon”

  1. Votre blog est incroyable. J’adore vos camions potagers, ils me font rêver !

    Je vous souhaite tout le bonheur du monde sur votre route. Continuez comme ça, je lit avec passion ce que vous publiez !

  2. Ça faisait longtemps que je n’avais pas pris le temps de lire vos nouvelles. Ça fait plaisir de voir où vous en êtes. J’aime beaucoup Popeye, ce camion à la classe.

    N’hésitez pas à faire signe si vous passez en Bretagne.

    Francois (qui avait organisé une projection de vos films à Rennes)

    1. Top d’avoir de tes nouvelles ! On passe en Bretagne en fin novembre/début décembre pour des projections dans le Finistère, du côté de Quimperlé. Si on passe par Rennes, on te tient au courant avec plaisir.
      A bientôt !

  3. Bonjour Cécile et Alexis,
    Nous avons récemment découvert vos cahiers, et aussi, grâce à vous, l’extraordinaire jardin des marais que nous avons adoré. Depuis, nous faisons découvrir ce jardin et vos cahiers en les offrant à nos amis. Nous les avons trouvés au Bateau-Livre de Pénestin, bien sûr, qui serait ravi de vous retrouver pour une petite causerie par exemple. Si vous passez par Pénestin cet été , n’hésitez pas à venir nous voir, bises et au plaisir, et Bravo pour vos reportages, on a aimé !
    Florence et Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *