Les nouvelles de la route – février 2018

Où sommes-nous ? Que faisons-nous ?

Après des semaines de travail, nous avons finalisé une version qui nous convient de l’épisode 10 ! Quelques jours plus tard, nous avons reçu une confirmation de la part de Vivien et Anaïs, cette version est la bonne. Des ajustements seront réalisés en prenant un compte les retours des contributeurs de la série, mais nous ne repartirons pas sur un trop gros changement dans la narration. C’est un soulagement.

Nous envoyons l’épisode en étalonnage, mixage son, demandons les accords pour les musique et passons sur d’autres thématiques. Après quelques magnifiques semaines espagnoles, nous nous rendons compte que l’essieu de la caravane est tordu. Il est plus prudent de remonter là où nous pourrons la réparer le plus facilement : sur notre terrain Limousin. C’est le début d’un long périple qui nous mènera de Navarre à Orléans en passant par la Haute-Vienne, Notre-Dame-des-Landes et Paris.

Nous sommes particulièrement heureux de participer à la grande fête de la victoire contre l’aéroport et son monde le 10 février. Cette lutte est particulièrement symbolique et forte pour SideWays (lire l’article). Nous en profitons pour accompagner l’une de nos amies dans ses premiers jours de vie en camion au milieu de la nature, malgré une température qui frôle les négatifs pendant la nuit. C’est une prise de conscience pour elle : le froid ressenti dans un camion aménagé n’a rien à voir avec celui que l’on ressent à l’intérieur d’une maison. Les températures basses sont beaucoup plus facilement supportables.

Le 14 février, nous sommes attendus dans un collège de Montreuil pour une intervention auprès d’une classe de 5ème. C’est notre première intervention scolaire “organisée” et elle se passe magnifiquement malgré les échos d’une classe difficile. Nous sommes ravis et espérons que ce n’est que le début d’une longue aventure.

Nous profitons d’être en région parisienne pour prendre des nouvelles de Gilles et de la bergerie des Malassis. D’anciennes activités ont été abandonnées telles que l’entretien d’espace verts, tandis que d’autres ont vu le jour. La laine des chèvres et des brebis est travaillée pour faire du feutre et de nombreuses compositions, notamment sous forme d’ateliers avec les enfants.

Nous profitons du soleil des jours suivants pour recommencer la déco du camion avec des neveux enthousiastes à l’idée de peindre et d’écrire au feutre à peinture sur un véhicule. Le potager se transforme également et va bientôt accueillir de nouvelles plantes issues de la ferme urbaine de la Barrière Saint Mars. Nous sommes stoppés dans notre élan par une vague de froid. Nous arrêtons les activités en extérieur pour nous remettre au travail sur les ordinateurs : mise en ligne du bilan de l’année 2017, rédaction d’articles sur le blog, organisation de la tournée de projection de mars/avril, etc.

En attendant les derniers accords pour la publication de l’épisode 10, nous travaillons sur les prémices de l’épisode 11 : transcription des interviews, dérushage, etc.

 


Et quelles autres nouvelles pour SideWays ?

– Une rencontre marquante avec Adeline qui voyage à pied avec ses deux chiens, son chat et son cheval. Elle nous a vraiment impressionnés ! (lire l’article)

– Le passage dans la région parisienne nous a permis de également de participer à “La Nuit de la Transition”, un nouveau festival organisé par le collectif de la Transition Citoyenne de Vincennes.

Deux articles ont été publiés dans la presse locale pour présenter les futures projections qui arrivent dans leur département.

  • Le premier est une belle interviews publiée dans le Lot en Action
    (lire l’article)
  • Le second est un article de l’Indépendant présentant le festival “L’ici et l’ailleurs” qui met en avant nos travaux dans sa sélection (lire l’article)

– SideWays apparait dans un troisième article ce mois-ci : il s’agit d’un bel article de Raphaël Baldos publié dans le journal La Croix : un projet de reportage solidaire à la voile créé par l’association Les Marguerites à Port-Louis, dans le Morbihan (lire l’article)

 


La tournée de projection commence !

Les six prochaines semaines sont dédiées aux événements en Haute Vienne, dans le Lot ou en Bresse bourguignonne. Si vous êtes dans les environs, nous serons heureux de vous rencontrer !

Quelques dates et lieux
Nexon (87) – vendredi 16 mars
Pierre-de-Bresse (71) – du 23 au 26 mars
Assier (46) – du 30 mars au 1er avril
Beaulieu-sur-Dordogne (19) – du 11 au 13 avril

Pour retrouver toutes les dates de projections, rendez-vous sur la page “Projections 2018”.


Les articles qui nous ont intéressés

– « La ZAD c’est juste une étincelle, à nous d’en entretenir la flamme »
Une belle prise de parole faite à la ZAD hier lors du grand rassemblement de Notre-Dame-des-Landes…
Lire le texte sur le site zad.nadir

Médias français : qui possède quoi ?
Une carte du paysage médiatique français, qui permet de démêler l’écheveau des concentrations dans la propriété des grands médias. Cette carte est le fruit d’un partenariat entre Acrimed – Action-Critique-Médias et Le Monde diplomatique (mis à jour en novembre 2017)
Voir sur le site d’Acrimed

Les centrales nucléaires françaises sont-elles sûres ?
Basta ! a rencontré des techniciens qui travaillent ou ont travaillé dans leur centre névralgique. Lire l’article sur le site de Bastamag.

« Etat policier », « despotisme doux », « césarisme » : juristes, avocats et grandes organisations de défense des droits humains critiquent très sévèrement la loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, votée en septembre.
Lire l’article sur le site de Bastamag.

 


Les citations du mois

« Le bonheur, c’est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles » Gandhi

—–

« Il faut appeler les choses par leur nom !

Quand on rentre dans une boulangerie et que le boulanger ne peut pas nous dire d’où vient sa farine, quand le marché est contrôlé par les transgéniques et que nous n’avons pas le choix de ce que nous achetons, c’est une dictature.

Quand on élit des personnes qui passent leur temps à nous mentir et qui font le contraire de ce qu’elles disent, c’est une dictature.

Il faut trouver la manière de faire les choses par nous-même. Il faut apprendre à cultiver, produire des aliments sains, établir une relation commerciale ou d’échanges de produits que nous faisons nous-même. »

Juan Anton Mora, extrait de “La Forêt Comestible”, épisode 5


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *