Vidéo de présentation du voyage de Samuel “Il était une fois un conteur” réalisé par une télévision locale du Québec.

Il voyage de villages en villages autour du monde depuis des années. Il offre des contes, des chants et des danses en échange d’un repas et d’une nuit au chaud. Il apprend de nouvelles histoires qu’il va partager quelques kilomètres plus loin. C’est un troubadour, un voyageur qui partage les connaissances d’ici et d’ailleurs.

Nous avons rencontré Samuel Allo en Bretagne sur les conseils de nos amis du site Histoires Ordinaires. C’était une de ces rencontres qui reste présente et vivante…

Samuel est quelqu’un qui suit son chemin, au gré des rencontres et des événements. Quelqu’un de curieux, sensible, volontaire. Quelqu’un qui inspire et qui démontre, par sa seule présence que, parfois, ce qui nous semble impossible peut être possible. Que le monde est un seul pays. Que tous les hommes sont des frères.

Après deux “voyages sans date de retour”, il avait déjà parcouru des milliers de kilomètres autour du globe. Sur la remarque d’un amérindien, il a pris conscience qu’il ne parlait pas sa propre langue, le Breton, langue de ce pays que ses ancêtres habitent depuis plusieurs générations. Il a donc fait un tour de son pays. Il a appris la langue en suivant une formation de 6 mois et en vivant avec Maurice, un vieil homme lui aussi passionné de tradition orale qui lui a offert la culture qui accompagne les mots.

Il est retourné remercier les Amérindiens du Québec pour lui avoir donné la force de s’enraciner plus profondément et a poursuivit ses collectages de contes dans les pays Celtes. Une vieille femme de son village lui a proposé de rénover bâtiment où avait vécu son arrière grand-père et, en se consacrant quelque temps a aider les autres et recevoir leur aide, à diffuser ses livres auto-édités pour financer le projet, cette grange a été transformée en petite maison agréable.  Mais une fois assis dans son pied-à-terre, son esprit nomade de nouveau l’appel de la route : un troisième voyage sans date de retour, un voyage qui, cette fois, n’aura peut-être pas de retour.

Mais avant de partir, en revenant du Pays de Galles, il est passe par Calais et s’est senti profondément interpellé par les campements de la “jungle” où des milliers de migrants attendent le jour où le passage de l’autre côté de la Manche sera possible.

En se retrouvant face à ceux qui l’avaient accueilli avec chaleur partout où il est allé, et en voyant comment, eux, étaient accueillis ici, dans le pays qui lui fourni le passeport qui lui permet de voyager, il a voulu faire quelque chose. Il est parti vivre sur place. Pendant quelques mois, il a partagé les distributions de vêtements, de nourriture, les moments de tensions avec les autorités et de nouveau, les contes, chants et danses avec ses frères voyageurs de la jungle de Calais. En constatant que chaque être humain se doit de poursuivre son destin, il a senti que le moment du grand départ était venu.

Il a commencé par parcourir le chemin inverse de celui des migrants avec cette idée de les retrouver au cours de ses étapes et de donner de leurs nouvelles à ceux qui les avaient aidé dans leur parcours. Une fois arrivé en Turquie, il s’est laissé guider par sa destinée de conteur voyageur…

Aujourd’hui, Samuel est de l’autre côté de l’Atlantique, il poursuit son chemin de troubadour, il poursuit le partage avec les familles rencontrées au hasard. Comme à ses débuts, il n’utilise pas d’argent ni pour se déplacer, ni pour être hébergé afin d’être au plus près de ceux qui vivent là où il se trouve. Les écoles sont souvent ses points de chute et son énergie se ressource dans des moments d’échanges intenses avec ceux qu’il rencontre.

Samuel, merci de suivre ta voie, de nous inspirer. Nous te souhaitons belle vie !

Pour suivre le parcours de Samuel : http://samuelallo.com/
La vidéo qu’il a réalisé suite à son séjour à Calais : “Etre humain à la “jungle” de Calais” et son “appel” suite à son passage à Calais : Appel de Samuel Allo entre deux passage à Calais
Un bel article complémentaire à celui-ci, publié sur le site d’Histoires Ordinaires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *