Lorsque nous l’avions rencontrée, Marie Lorette nous parlait de ses rêves de voyages. Elle voulait parcourir le monde le long du 47ème parallèle. Elle l’avait au fond d’elle, mais ne savait pas comment franchir le pas. Les freins étaient nombreux, et le premier d’entre eux était l’argent.

Pour nous remercier, sorte de prix libre d’une projection, Marie Lorette nous a offert sa musique. Nous avons été impressionnés par l’expression de sa voix accompagnée par son “Guérisson Voyageur”, l’instrument qui l’accompagne partout et qu’elle a fabriqué à partir d’une branche d’arbre. C’était une musique grave, rauque et percutante. Une musique magique.

Plus fascinant encore, les instruments préférés de cette “conteuse de sons”, ce sont les arbres. Elle accroche des cordes entre leurs branches, et accompagne de son chant cet instrument vivant et éphémère. Avant de partir, elle enlève les cordes, laissant l’endroit aussi beau que quand elle était arrivée. Pour la découverte, elle enregistre ces instants qu’elle diffuse sur Soundcloud, YouTube et Facebook.

L’année dernière, Marie Lorette a réussit à franchir le pas. Elle est partie en Mongolie, par voie de terre. Un voyage de 5 jours en train à travers la Russie l’a menée jusqu’à son lieu d’arrivée, à la découverte des autres et d’elle même. Comme tout voyage, il y a eu des moments difficiles, mais surtout énormément des richesses apportées par les rencontres.

Cette année, la musicienne repart, cette fois-ci vers l’ouest. Le 18 février, elle a pris place dans le porte-containers qui l’à emmenée à New York. Neuf jours de traversée pour le départ d’un nouveau voyage…

Pour écouter et suivre ses aventures : la page Facebook du Guérisson Voyageur

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *