Aller au contenu

[episode 5] De nouvelles images de la forêt comestible !

    Chaque épisode tourné est d’une très grande richesse : une richesse humaine mais aussi et surtout des apprentissages qui ouvrent l’esprit. Le résultat final n’est qu’une petite partie des messages transmis par les personnes que nous rencontrons. Voici quelques photos supplémentaires, prétexte à présenter certaines des expérimentations de Juan Anton.

    Le photographe industriel reconverti en jardinier permacteur est aussi un roi du bricolage. Sa véranda, comme ses serres, sont fabriquées avec de la récup’ : tôles, vieilles fenêtres récupérées à droite à gauche, pierres et branches d’arbres trouvées dans le jardin, etc. L’un de ses “matériaux” préférés pousse et se multiplie chez lui : le bambou. Voici un arbre de la forêt comestible qui ne se mange pas mais qui est particulièrement utile !

    Selon le principe de la permaculture : “un objet qui n’a qu’un seul usage ne sert à rien, tout objet doit avoir plusieurs utilités”. Un vieux congélateur est recyclé en serre (il garde la chaleur), sa porte est une vitre qui, posée sur des briques durant la journée, peut servir de table de jardin . Au final, tout est utile, il suffit de faire fonctionner sa créativité ! Maintenant, un petit exercice : comment Juan Anton a-t-il fabriqué sa balancelle (dernière photo) ?…

    Ses expérimentations ne se limitent pas au jardin. À l’intérieur de la maison, à côté de la porte du jardin, Juan Anton a cassé le bitume pour retrouver la terre. Il teste la plantation d’arbres à l’intérieur et en pleine terre ! Sa véranda est remplie de plantes en pots à tel point qu’on se demande parfois si elle ne va pas finir par devenir, elle aussi, une nouvelle forêt comestible !

    Étiquettes:

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.