Extrait d’une lettre d’info des Pieds dans le PAF, association d’éducation aux médias de la région de Saint Nazaire. Nous l’avons beaucoup aimé, alors nous la partageons.

Découvrez le magnifique travail réalisé par les Pieds dans le PAF sur leur site internet.


“Les actualités ne parlent pas des vrais problèmes !”
“Les médias sont tenus par les politiques et les financiers.”
“De toute façon, les journalistes disent bien ce qu’ils veulent…”

Nous avons tous entendu ou prononcé ces phrases. Et aux Pieds dans le Paf nous, nous les formulons parfois aussi…

Et si nous sommes critiques envers l’information, c’est parce qu’elle est essentielle ! Elle est la base de notre jugement sur le monde, de notre vie en société et de notre démocratie.

Alors pour bien commencer l’année 2018, voici 10 bonnes résolutions pour ne pas baisser les bras face aux médias, voire pour vous réconcilier avec les journalistes.

1. Acheter son information
Le journalisme est un vrai métier, qui nécessite de l’enquête, de l’analyse, du temps et de l’argent. Le web donne l’illusion de l’instantanéité et de la gratuité. Mais les médias ont besoin de temps et d’argent pour produire une information de qualité et indépendante.
Si les lecteurs ne payent pas cette information, c’est la publicité qui le fera !

2. S’informer sur l’information
Pour bien critiquer l’information, il est indispensable de comprendre le fonctionnement des médias et le travail des journalistes.
Aussi, voici quelques sujets intéressants à creuser dès qu’on aura du temps de cerveau disponible :
La concentration des médias, les frontières entre information et communication, le publi-rédactionnel, la protection des sources, l’auto-censure, le devoir “d’objectivité” du journaliste, etc.
Plusieurs médias pourront vous y aider comme Médiacritique(s), Arrêt sur images, ou encore les actions des Pieds dans le Paf.

3. Défendre la neutralité du réseau
L’autorité de régulation des télécoms américaine est en train de renoncer à défendre la neutralité du Net. Le principe de neutralité consiste à transporter les données sans discrimination. Sans favoriser le diffuseur de vidéos qui a un accord commercial avec l’opérateur, contre le diffuseur qui n’a pas un tel accord.
Pour en savoir plus et s’engager pour la neutralité du Net, lire le dossier de la Quadrature du Net.

4. Partager son savoir
Wikipédia est le 5e site web le plus visité au monde. Cette encyclopédie en ligne permet la construction et la diffusion du savoir de manière ouverte et collaborative, sur un modèle inédit dans l’histoire de l’humanité. Le site est modifiable par tout internaute, encore faut-il en connaitre les règles…
En 2018, suivez gratuitement le WikiMOOC : “Apprenez à contribuer sur Wikipédia”, la prochaine session aura lieu courant 2018 sur FUN-Mooc.

5. Soutenir les médias libres
Radios libres, journaux satiriques, télés indépendantes, sites d’investigation et autres producteurs d’une info alternative garantie sans agence de presse.
Il existe en France des centaines de médias qui produisent une information de qualité, grâce à des journalistes salariés ou bénévoles, qui travaillent avec passion et malheureusement très peu de moyens. Ils continueront d’exister et d’être indépendants, à condition qu’on les achète et les soutienne !
Une centaine d’entre eux s’est fédérée au sein de la Coordination Permanente des Médias Libres.

6. Se passer des GAFAM
Google, Apple, Facebook, Microsfot et consorts semblent diriger nos vies numériques. Pourtant, il existe pleins d’alternatives libres, décentralisées, éthiques et solidaires.
Nombreuses d’entre elles sont développées par la fondation Framasoft et présentées sur le site Dégooglisons Internet.

7. Diffuser librement ses créations
Faire de l’art et des sciences des biens communs permet de contrer les logiques propriétaires des ayants-tous-les-droits. Les licences libres (ou copyleft) permettent de partager ses créations (films, peintures, recettes de cuisine, etc.) avec des permissions plus ou moins étendues.
Découvrez toutes les licences sur le site Creative Commons.

8. Garder son esprit critique
Un journaliste vient d’annoncer un scoop surprenant !!!
Prenons le temps de nous poser quelques questions :

  • Est-ce un fait ou un commentaire ?
  • Les faits sont-ils précis et exacts ?
  • Les sources sont-elles nommées ?
  • L’info prend-elle en compte des avis contradictoires ?
  • Y a-t-il absence de parti-pris et de conflits d’intérêts ?

Pour aller plus loin, vous pouvez jeter un oeil à la chaîne Hygiène mentale de Christophe Michel, dédiée à l’esprit critique. Voir aussi la rubrique Conspi-Hunter du site de reportage Spicee. Et découvrir éventuellement quelques sites de Fack-checkers sur Stop Intox.

9. S’inscrire sur Framasphère
Parmi les alternatives proposées par Framasoft, le service Framasphère s’appuie sur un réseau social libre nommé Diaspora* qui existe depuis 2010. En s’inscrivant, l’utilisateur choisit d’héberger ses données où il le souhaite, chez lui éventuellement, pour en rester maître.
Mais la meilleure façon de le découvrir, c’est de s’y inscrire. Et de suivre la page des Pieds dans le Paf.

10. Convaincre Tata Jeanine
Parlez de ces sujets autour de vous, persuadez Tata Jeanine du bien-fondé de Wikipédia, volez dans les plumes en commentaire de ceux qui balancent des infos louches sur vos réseaux, lancez le débat sur la neutralité du net dès que l’occasion se présente, bref, libérons la parole autour des médias! Et ne laissons pas n’importe qui dire n’importe quoi! S’engager, c’est aussi convaincre. Ceux qui ont des idées sinistres n’hésitent pas à les propager, eux, alors luttons aussi sur le terrain symbolique!…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *